«Un journaliste audacieux et responsable»

Par Mohamed SelhamiJ’ai fait la connaissance de Nadir et son frère Fahd à Paris au milieu des années soixante-dix. A l’époque, Ils étaient encore étudiants alors que mois j’étais déjà journaliste. Un fois rentrée au Maroc en 1991, notre relation va s’approfondir davantage. Nadir était responsable de la rédaction « Al Bayane » alors que moi je viens de lancer le support médiatique « Maroc-Hebdo ». Il fut un confrère. Nos relations étaient des relations

© Présenté par

Par Mohamed Selhami

J’ai fait la connaissance de Nadir et son frère Fahd à Paris au milieu des années soixante-dix. A l’époque, Ils étaient encore étudiants alors que mois j’étais déjà journaliste. Un fois rentrée au Maroc en 1991, notre relation va s’approfondir davantage. Nadir était responsable de la rédaction « Al Bayane » alors que moi je viens de lancer le support médiatique « Maroc-Hebdo ».

Il fut un confrère. Nos relations étaient des relations professionnelles, basées sur l’échange d’idées et la vérification d’information. Il faut dire qu’au niveau professionnel, Feu Nadir est devenu un exemple et ce en gagnant très tôt beaucoup en crédibilité et d’efficacité.

Ses éditoriaux forts, faisant preuve d’audace, lui ont valu une certaine distinction dans le champ journalistique marocain. D’ailleurs, ll a était distingué du prix des Nations Unies pour les populations, attribué par le FNUAP. C’est quelqu’un de merveilleux et de charmant. C’était un homme réservé, mais, il a beaucoup contribué au développement du champ journalistique de son pays.

Feu Nadir, fut un journaliste qui n’avaitfroid pas aux yeux et n’avait point la langue dans sa poche. Il fut aussi unjournaliste responsable et sérieux, qui n’a jamais été impliqué dans un délitde presse ou de diffamation, tant s’en faut. Il fut un journaliste professionnelle qui vérifie bien ses informations.

«Un journaliste audacieux et responsable»