Abstract

Auditors must frequently multitask in order to complete their work efficiently. However, the potential impact of multitasking on auditors’ judgment quality is poorly understood. Using Ego Depletion Theory and a laboratory experiment, we predict and find that auditors become less able to identify seeded errors after multitasking, and that this effect is most prominent in the identification of conceptual, rather than mechanical, errors. These negative consequences of multitasking are mitigated when auditors are exposed to an intervention based on a theoretical countermeasure of replenishing depleted self-control resources, in that multitasking auditors identify more seeded errors with the intervention than without. Given that multitasking is a pervasive feature of the current audit environment, these findings have direct implications for audit practice. Beyond identifying multitasking as a cause of impaired performance in auditing, this study's results provide initial evidence that such negative effects can be mitigated, resulting in improved audit quality and, by extension, improved financial statement quality.

Les répercussions du travail en mode multitâche sur la qualité du jugement des auditeurs

Les auditeurs doivent fréquemment travailler en mode multitâche pour pouvoir s'acquitter de leurs fonctions avec efficience. Les répercussions potentielles du travail en mode multitâche sur la qualité du jugement des auditeurs sont toutefois mal comprises. Les auteurs, qui s'appuient sur la théorie de la perte d'ego et procèdent à une expérience en laboratoire, constatent, conformément à leurs prédictions, que l'aptitude des auditeurs à repérer des erreurs volontairement introduites diminue lorsqu'ils sont appelés à travailler en mode multitâche et que cette diminution est plus marquée s'il s'agit de repérer des erreurs conceptuelles plutôt que mécaniques. Ces répercussions négatives du travail en mode multitâche s'atténuent si les auditeurs sont exposés à une intervention revêtant la forme d'une contre-mesure théoriquement apte à régénérer leur maîtrise de soi, puisque les auditeurs travaillant en mode multitâche repèrent un plus grand nombre d'erreurs volontairement introduites lorsqu'il y a intervention qu'en l'absence d'intervention. Le travail en mode multitâche étant aujourd'hui généralisé dans l'environnement d'audit, ces observations ont une incidence directe sur l'exercice de l'audit. En plus de permettre l'identification du travail en mode multitâche comme facteur nuisible à la qualité de l'audit, les résultats de l’étude livrent les premiers indices de la possibilité d'en atténuer les effets négatifs et d'accroître ainsi la qualité d'audit et, par extension, celle des états financiers.